Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

18/08/2014

La folle semaine de Federer à Cincinnati

30/04/2014

44 ans pour André Agassi ce mercredi !

Agassi, tennis, anniversaire, ATP, USA, Kid, Las Vegas

03/09/2013

Les Américains au piquet

Reporters_d3c0f6a7067009c0a.jpgLes Etats-Unis, bastion historique du tennis masculin -de Bill Tilden à Pete Sampras en passant par Don Budge, John McEnroe, Jimmy Connors et Andre Agassi- traversent une période de crise, comme l'attestent leurs résultats en Grand Chelem.

Dimanche, quand le méconnu Tim Smyczek (109e mondial) a été éliminé au 3e tour de l'US Open, les Etats-Unis ont vécu une des pires journées de leur histoire tennistique.

Pour la première fois, aucun Américain ne va figurer en 8e de finale de l'US Open, leur tournoi national. Et pour la première année, pas un joueur Américain n'a dépassé le 3e tour lors d'un des quatre tournois du Grand Chelem.

Une claque pour un pays qui écrase le palmarès par nation avec 51 titres du Grand Chelem dans l'ère Open, très loin devant la Suède (25) et l'Australie (20).

Déjà cet été à Wimbledon, aucun Américain n'avait accédé au 3e tour du tournoi sur gazon pour la première fois depuis... 101 ans. Et encore, en 1912, aucun joueur des Etats-Unis n'avait fait le déplacement jusqu'à Londres.

Au coeur du mois d'août, le classement mondial est sorti sans aucun Américain dans le Top 20. Là encore une première, encore impensable il y a dix ans.

"Nous sommes peut-être moins présents au sommet mais je pense que nous allons revivre de bons jours avec John (Isner), Sam (Querrey), (Ryan) Harrison, ou (Jack) Sock qui marche bien, suggère Smyczek. Ce n'est pas juste de ne juger que par les résultats en Grand Chelem car John (Isner) a fait un super été mais je comprends que ce sont ces tournois majeurs qui font une carrière."

Une partie du problème vient du fait que les jeunes se détournent du tennis qui est victime de la concurrence de sports plus médiatisés aux Etats-Unis.

"Nous avons besoin d'attirer sur des courts de tennis des jeunes qui vont vers le basket ou le football américain, assure John McEnroe. Soit on trouve de meilleurs athlètes soit on prend des gars de 2,10 m qui servirait à 240 km/h et qui rendrait la vie impossible aux autres."

"Il faut qu'on élargisse la base, il n'y a pas assez de joueurs dans les rangs des jeunes", constate James Blake, ex N.4 mondial, qui vient de prendre sa retraite.

La Fédération américaine (USTA) est prise entre le désintérêt pour le tennis chez les jeunes et la globalisation du sport, qui voit pousser des champions dans des pays non traditionnels. A tel point qu'on se dit aux Etats-Unis que le successeur d'Andy Roddick, dernier Américain à avoir remporté un titre du Grand Chelem masculin, n'est peut-être pas encore né.

"La réalité c'est que c'est plus dur d'arriver au sommet de nos jours, le monde entier joue au tennis, souligne Patrick McEnroe, en charge de la formation à l'USTA. On ne sait pas encore si on a trouvé ceux qui iront vers la terre promise."

Moins de jeunes intéressés mais aussi moins de sponsors et moins de tournois ATP sur le sol américain. Il y en avait 26 en 1980, il y en aura 11 en 2014. Signe de la globalisation du sport, Bogota et Rio de Janeiro ont récupéré depuis 2012 des tournois ATP historiquement disputés aux USA, à San Jose et à Los Angeles.

 

Paradoxalement, le déclin des messieurs correspond à un sursaut chez les dames. Il y a dix Américaines dans le Top 100 mondial (contre cinq Américains), Sloane Stephens est la plus jeune joueuse du Top 20 et la génération adolescente perce déjà avec notamment Madison Keys (18 ans et 40e mondiale).

09:57 Publié dans ATP, Tennis, US Open | Tags : tennis, us open, atp, usa | Lien permanent | Commentaires (0)