Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/07/2013

Une finale de rêve !

urray.jpgMurray a souffert face à Janowicz, mais rejoint en finale un Djokovic venu à bout de Del Potro au terme d'un match titanesque.
La finale de Wimbledon opposera bien Novak Djokovic à Andy Murray dimanche, mais l'Argentin Juan Martin Del Potro a bien failli modifier le scénario qui semblait écrit depuis les défaites précoces de Federer et Nadal en livrant une bataille épique en cinq sets au N.1 mondial.
 
Après 4h 43 min, un record pour une demi-finale dans le tournoi londonien, et un feu d'artifice de coups gagnants, le Serbe a fini par faire prévaloir ses formidables jambes (7-5, 4-6, 7-6, 6-7, 6-3) pour s'offrir sa deuxième finale à Londres, deux ans après son succès de 2011, et sa onzième en Grand Chelem. "C'est un des plus beaux matches que j'ai jamais joués", a dit Djokovic, qui a manqué deux balles de match dans le tie-break du quatrième set, retardant de trois-quarts d'heure la conclusion.
 
Andy Murray a dû lui aussi livrer une grosse bagarre à l'invité-surprise du dernier carré, le Polonais Jerzy Janovicz, premier joueur de son pays en demi-finale d'un tournoi majeur, battu en quatre sets 6-7, 6-4, 6-4, 6-3.
 
Redouté pour ses services monstrueux qu'il balance régulièrement à 220 km/h en première et à 190 km/h en seconde, le 22e mondial a posé beaucoup de problèmes à Murray avec ses frappes du fond du court d'une violence à en briser sa raquette, mais aussi avec ses amorties, sa grande spécialité.
 
Le match a été interrompu pendant une trentaine de minutes, nettement avant la tombée de la nuit, à 2 sets à 1 en faveur du Britannique, pour permettre la fermeture du toit, à la grande colère de ce dernier, qui était en train de faire pencher la balance en sa faveur. Il venait d'aligner cinq jeux après avoir été mené 4 à 1. C'est pourtant lui qui a fait le break très vite dans le quatrième set pour s'envoler vers la victoire.
 
Excellent retourneur, le N.2 mondial a encaissé beaucoup moins d'aces que son rival (9 contre 20) et a su se mettre à l'abri derrière sa première balle (1 seul break concédé). C'est surtout l'inexpérience de Janowicz, 22 ans et seulement cinq tournois du Grand Chelem à son actif, qui lui a coûté cher dans les moments importants du troisième et pour aborder le quatrième.
 

Du grand spectacle
 
Le grand spectacle avait eu lieu avant entre les deux seuls joueurs qui n'avaient cédé aucun set pour atteindre le dernier carré.
 
Quoique menant 8 à 3 dans leurs duels, Djokovic se méfiait de Del Potro qui l'avait privé de la médaille de bronze olympique dans leur seul match sur herbe l'an passé au même endroit. Le Sud-Américain, 8e mondial, s'était aussi imposé dans leur dernier match en date, cet hiver à Indian Wells.
 
Il avait raison. Pilonné par l'énorme coup droit de la "Tour de Tandil" (1,98 m), le N.1 mondial a dû ramener une quantité phénoménale de balles et multiplier les aces (22 contre seulement 4 à l'Argentin, pourtant réputé plus gros serveur) pour décourager enfin son rival dans le cinquième set.
 
"J'ai joué un de mes meilleurs matchs sur herbe mais ça n'a pas suffi. La prochaine fois il va falloir que je tape encore plus fort", a dit Del Potro, qui aura besoin de quelques jours pour digérer la déception, mais va savourer son retour au premier plan quatre ans après sa victoire à l'US Open.
 
Ce Djokovic-Murray, le dernier classique du circuit, sera le 19e affrontement entre les deux joueurs (11-7 pour l'Ecossais). Trois des quatre dernières finales de Grand Chelem auront opposé ces deux hommes au style de jeu similaire après celle de l'Open d'Australie 2013, gagnée par le Serbe, et celle l'US Open 2012, où le Britannique avait enfin remporté son premier "major".
 
Djokovic cherchera à ajouter un septième Grand Chelem à son palmarès et Murray à mettre fin à une très longue attente, la dernière victoire d'un Britannique à Wimbledon, celle de Fred Perry, datant de 1936

Les commentaires sont fermés.